A La Une - Téléphoner au volant : comment prévenir les risques ?

L’utilisation du téléphone portable au volant multiplie le risque d’accident. Il est souvent perçu comme un outil de travail. Quelle est la règlementation ? Quelles sont les consignes de sécurité à suivre ?

Répondre à un appel peut avoir un impact mortel : il oblige à « quitter » la route au moins cinq secondes, soit une distance parcourue de 70 mètres en ville (à 50 km/h) et multiplie par 23 les risques d'accidents. (-)

A La Une2 TéléphoneAuVolant

 

Les accidents de la route sont, après les chutes en hauteur, la deuxième cause de mortalité dans le secteur du BTP.

De manière générale, les conducteurs qui téléphonent en conduisant ont 3 fois plus de risque d’avoir un accident. Et le sur-risque existe toujours avec un dispositif de mains-libres.

 
Le saviez-vous ?

> 1 accident sur 10 est désormais associé à l’usage du téléphone pendant la conduite ;
> le sur-risque est maximal au moment où le conducteur décroche son téléphone, souvent dans l’urgence. L’attention n’est alors plus portée sur la conduite ;
> le téléphone, même avec une oreillette ou un kit mains libres, modifie le comportement et la capacité à réagir ;
> l’envoi de SMS, consultation des courriels ou d’internet, écoute de musique sur téléphone portable, sont encore plus dangereux. Ces usages sollicitent d’avantage l’attention.

Que dit le code de la route ? Qu’est-ce qui est interdit ?

L’utilisation d’un téléphone portable tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit. Il en est de même pour le port à l'oreille de tout dispositif susceptible d'émettre du son (oreillette même en main libre, écouteurs et casques…)

Ces interdictions s’appliquent à tout conducteur de 2, 3 ou 4 roues : poids lourds, voiture, moto, scooter, vélo…

Néanmoins, certains dispositifs sont tolérés : les systèmes intégrés aux véhicules ou aux casques de moto (c’est-à-dire qu’on ne porte pas dans l’oreille, et qu’on ne tient pas au volant) les appareils pour les malentendants, pour la formation à la conduite sur un deux-roues motorisés ou utilisés par les véhicules d’urgence.

Les sanctions

Conduire avec le téléphone à la main est passible d’une amende forfaitaire de 135 € et d’un retrait de 3 points du permis de conduire.

Des règles de sécurité pour réduire les risques

Les consignes de prévention sur les dangers de l’utilisation du téléphone au volant ou tout autres dispositifs doivent être rappelées aux salariés par les entreprises. Il est essentiel de préciser au salarié dans quelles conditions il peut utiliser son téléphone en mission.

6 règles de sécurité peuvent être appliquées :

> ne jamais téléphoner au volant, envoyer des messages ou utiliser des applications ;
> éteindre ou mettre sur messagerie son téléphone avant de partir ;
> confier son téléphone à un passager et lui demander de répondre à sa place ;
> pour appeler ou récupérer ses messages, s’arrêter dans un lieu adapté : ni sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute, ni en double file ou au feu rouge en ville ;
> si la personne contactée par téléphone conduit, mettre fin de soi-même à l’appel ;
> en cas de panne ou témoin d’un accident, s’arrêter dans un endroit sécurisé pour appeler les secours.

Pour le futur, il serait pertinent d’équiper les flottes de dispositifs filtrant l’information importante ou non et de gérer par des systèmes intégrés les interactions avec le téléphone portable…, en attendant l’arrivée des véhicules autonomes, nous obligeant à repenser l’usage du téléphone et ses interdictions.

Sources

> Attitude Prévention, Les risques du téléphone au volant : savoir les prévenir ! 2018
> Guide Comment réduire les risques au volant ? Association Prévention routière et Attitude Prévention.